Jour 13 : Moab ou sur les traces de Thelma et Louise

Quelle nuit infernale. La soleil frappe de toute sa puissance ici, il fait vraiment très chaud. C’est dans un état un peu pâteux et après un sommeil saccadé que je m’apprête à affronter cette journée à la découverte de la région de Moab. Source d’inspiration de nombreux cinéastes, les environs de la ville sont connus pour être le décor de nombreux films cultes comme Indiana Jones, 127 heures ou encore Thelma et Louise.

Thelma et Louise, ce road movie aux coups de pinceaux féministes qui a donné envie à plus d’un de découvrir l’Ouest Américain. C’est un peu comme ça que je nous vois Ingrid et moi. Deux femmes libres en quête d’aventure, qui passent de motels en motels et qui vident le réservoir d’essence jusqu’à en remettre et recommencer. Bien sur nous ne connaîtrons pas leurs folles aventures. Nous sommes des Thelma et Louise à notre sauce mais j’aime bien cette image, elle me donne la sensation d’être immergée dans un film.



C’est d’ailleurs par le Dead Horse Point que nous décidons d’inaugurer cette journée. C’est dans ce ravin que les deux héroïnes de Ridley Scott se jettent à la fin du film. Il faut une sacrée dose de folie pour finir là dedans. Les falaises du canyon sont des véritables murailles géantes qui goberaient comme des prédateurs tout ce qui tombent dans leurs gueules. Le vide me donne la tête qui tourne, impossible de s’approcher trop prêt sans que je sente que le canyon m’attire dans son ventre. Le Colorado serpente en contre bas et semble se frayer un chemin au milieu de ces parois de feu.


Moab

Ensuite on décide d’aller voir un autre point de vue, le Shafer Canyon overlook. Je vois un chemin off road qui longe les côtes du canyon pour ensuite s’éloigner dans le désert. J’ai trop envie d’aller chercher les clés d’une Jeep Rubicon et de l’arpenter. Malheureusement pas le temps pour ça. On se contentera d’une vue imprenable sur le canyon et de jolies photos souvenir.



Et oui, Mesa Arch nous attend ! Une petite randonnée jalonnée par des cactus en fleur et nous voilà devant la star du parc de Canyonlands. L’arche étire son rideau de roche horizontal au bord d’un précipice vertigineux. On dit qu’il vaut mieux venir au lever du soleil mais malheureusement nous n’avons ni le temps ni l’énergie nécessaire pour caler nos activités au rythme de l’astre. C’est un peu dommage mais c’est un sacrifice à faire pour profiter d’un maximum de choses.

Devant l’arche, les promeneurs dégainent leurs appareils photos comme une armée de paparazzis. Il faut dire que cette attraction naturelle est un met de choix pour les photographes amateurs. En arrière plan j’aperçois les montagnes rocheuses recouvertes d’un manteau neigeux blanc qui contraste avec les falaises embrasées du désert. Elles ont une silhouettes spectrale, comme un mirage qui se confond dans les nuages.


Arches

« Allez Louise, je t’emmène ailleurs, il faut y aller maintenant ! »

J’aurais pu exclamer ça a Ingrid pour faire classe mais je me suis contentée d’un « On va au Mc do’ et ensuite on visite Arches. » C’est moins funkie. Après une petite pause nous voici donc sillonnant la scenic drive d’Arches National Park. La route offre une succession de panoramas incroyables, de paysages typiques de l’ouest. On comprend pourquoi la région est convoitée pour les tournages. C’est un vrai décor de cinéma.

D’ailleurs on s’arrête à Park Avenue qui a aussi servi de lieu de tournage pour le film Thelma et Louise. C’est un couloir de falaises rouges gigantesques qui ressemblent à une muraille où à des parois de château fort. Certaines pierres semblent défier la gravité après avoir trouvé un équilibre délicat. C’est le cas pour The balanced rock qu’on aperçoit un peu plus loin. Le rocher semble être dans un numéro de funambule constant, endormi pour des siècles. Mais il a aussi l’air menaçant, comme s’il pouvait basculer à tout moment.



Notre dernière étape de cette journée est le trail pour rejoindre Delicate Arch. C’est l’attraction phare du parc. C’est cette arche qui figure sur les plaques d’immatriculation de l’Utah. Mais avant il faut la mériter ! Un trail de 5 kms en plein soleil nous attend. Nous avons fait l’erreur de débutant qu’on se jure à chaque fois de ne jamais refaire. Nous n’avons pas pris assez d’eau, même pas 1L par personne.

Le soleil cogne fort. Le dos de mon corps chauffe comme un lit de braises de barbecue prêt à accueillir les saucisses. Le trail grimpe tandis que la chaleur assomme littéralement mon organisme. le chemin pour accéder au plateau est scabreux et ardu, j’ai vraiment du mal.

Arches

Ingrid me propose de faire demi tour mais je n’en démords pas. Je ne suis pas venue ici pour renoncer. Il faudra juste prendre plus son temps et multiplier les pauses à l’ombre pour économiser l’eau au maximum. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seules à chercher la moindre petite parcelle d’ombre pour se reposer. Gourdes géantes, chapeaux du désert , parapluie, longues manche, chacun sa technique pour contrer les coups assassins que le soleil assène. Et puis au détour d’un gros bloc rocheux c’est l’apothéose… la voilà, la delicat arch !!


Arches

Elle est impressionnante, je ressens un bien fou de la voir en vrai en face de moi. Elle est si symbolique pour l’Utah. C’est comme arriver à Paris et aller voir la tour Eiffel. Ingrid en fait son terrain de jeu photographique pendant que je récupère de l’énergie en admirant la beauté du paysage. J’immortalise a mon tour et nous décidons de ne pas trop traîner a cause de notre niveau d’eau qui est inquiétant.

Il nous reste qu’un quart d’une demie bouteille de 50cl pour faire le chemin inverse. Entre temps l’eau s’est transformée en boisson chaude, un genre de thé qu’on se prépare un jour d’hiver glacial devant Netflix. L’hiver glacial, j’en rêve sur le chemin du retour tellement mon corps réclame du froid.



Arrivée à la voiture je me sens comme cet homme dans les films qui a marché pendant des heures et des heures au milieu du désert aride et qui finit par trouver du secours auprès d’un promeneur alors qu’il allait s’écrouler. Nous regagnons l’hôtel en jouissant de la climatisation de la voiture. Je pourrais boire l’Atlantique tellement j’ai soif. Heureusement notre motel n’est pas loin et nous pouvons vite nous hydrater et récupérer avec une bonne douche.

Demain nous prenons la route direction Monument Valley, sur les terres des indiens et des cowboys. J’ai hâte. Ingrid me dit que c’est son endroit préféré. J’espère voir de la magie dans ses yeux, ça me rend heureuse quand son regard brille.

Allez Louise, je t’emmène !

To be continued…


4 Comments

Et si on jasait? · 7 juin 2019 at 18 h 38 min

Ah la Shafer Trail, que de souvenirs! Monsieur tenait mordicus à l’emprunter et il s’y est amusé comme un petit fou pendant que moi, assise du côté passager, je pensais mourir, écrasée au fond du ravin! N’empêche que cet après-midi à Canyonland demeure l’un de nos beaux souvenirs de notre périple dans le secteur. Et pour ce qui est de Delicate Arch, votre récit me confirme que nous avons bien fait de ne pas tenter le coup… nous y étions début août, la chaleur était terrible. Merci de si bien raconter vos aventures.

    Desplanssurloreiller · 8 juin 2019 at 23 h 15 min

    Oh mon dieu, si nous avions eu le Cherokee comme prévu, j’aurais été dans la même situation que toi 😂 En tout cas, on est plusieurs à avoir succombé à Canyonland 😊

Chacha · 8 juin 2019 at 0 h 12 min

Ce soir je vais faire de beaux rêves grace a vous merciiiiii

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.