Je ne vous dirais pas que j’ai aimé ou bien adoré Rome, je ne vous dirais pas non plus que j’ai détesté Rome. La vérité, c’est que j’en suis tombée amoureuse comme beaucoup de personnes. Rome est un savant mélange d’histoire, de culture et de légèreté dans sa façon de vivre. Tout ce que j’aime lorsque je pars à l’étranger. J’y retrouve le charme de tous ces villages typiques du sud qui me séduit tant. Les ruelles sont pavées, les murs et terrasses remplis de verdure, chaque porte d’entrée d’un magasin ou un restaurant est atypique et décoré avec goût. De tout cela se dégage une atmosphère où il fait bon vivre. Ajoutez y le fait que la ville soit un musée à ciel ouvert et la magie opère.

Voilà maintenant plus de dix ans que je songe à y retourner. C’est après deux années d’acharnement qu’Aurélie finit par céder à mon envie et elle ne le regrette pas. ( Ses impressions juste ici ! ) Je noterais seulement deux points négatifs : les Italiens ne sont pas tous agréables et la ville est mal indiquée. Heureusement pour moi, Aurélie est un vrai GPS ambulant. Cette ville antique vous éblouira à chaque coin de rue. Il ne va pas sans dire que les Romains à l’époque savaient y faire. Comme quoi, sans Wifi ni Candy Crush pour passer le temps, l’homme est capable de créer de véritables merveilles.

 

Jour 1 : Du Vatican à la villa Borghese

 

Cette journée, nous la consacrons à visiter le Vatican car la célèbre citée est plus excentrée que le reste à visiter ainsi que les jardins de la Villa Borghèse. Nous partons de l’hôtel pour un rendez-vous bien précis à 10h30 avec l’équipe de GetYourGuide. Nous avions réservé un billet coupe file la veille ce que je préconise à tous ceux et celles qui souhaitent faire cette visite. Vous mettrez 10 minutes au lieu de 3h pour rentrer dans le musée ce qui n’est pas négligeable.

 

Vatican


La route est longue avant d’arriver au point de rendez-vous mais nous arrivons enfin devant le musée du Vatican. Pour ceux qui ne savent pas encore, la visite est à sens unique bien que certains aient eu l’air de ne pas comprendre. Nous visitons pièce par pièce avant d’arriver dans « La Chapelle Sixtine ». Le musée est sublime, toutes les salles valent le coup de s’y attarder malgré le monde. Cependant n’étant pas de grandes fans de peinture à la base, nous nous somme dépêchées d’aller à La Chapelle Sixtine. Celle-ci est à couper le souffle. Des milliers de questions me traversent l’esprit : Comment Michel Ange à fait ? Pendant combien de temps (Wikipedia est mon ami) ? Moi qui galère à repeindre les murs de chez moi, comment lui a pu repeindre une chapelle entière, tout ces murs et SURTOUT le plafond. Bref, je ne suis pas fan de peinture mais j’avoue admirer ce travail qui est hors du commun. Ayant fait des études en arts, je me rapproche de plus près de certaines peintures pour y voir le coup de pinceau et je suis bluffé par autant de précision et de technique.


 


Nous finissons notre tour du musée puis allons voir la partie extérieure. Le plan et les explications n’étant pas le fort des Romains, nous nous retrouvons dehors avec Aurélie près d’une boule immense couleur bronze à moitié explosé. Je cherche encore ce que cela représente. À part l’étoile noire dans Star Wars, je ne vois pas mais je doute que ce soit la véritable explication. La visite se termine donc là dessus.


Jardin de la chapelle sixtine


Après le musée, direction la Basilique San Pietro ou St Pierre au choix. Si vous avez fait un tour sur le blog, vous aurez constaté qu’avec Aurélie nous avons vu pas mal de basiliques au cours de ces deux dernières années. La Basilique San Pietro, elle, est au dessus de tout ce que nous avons pu voir. Le Travail exécuté est sans appel. Comment une architecture comme celle ci a t elle pu prendre forme? Et comment ce qui est au milieu donc de la basilique a pu être construit? Les plus perspicace comme Aurélie diront « Ca a été construit à l’intérieur » tandis que moi je me dirais encore avec mes yeux d’enfant émerveillé « Mais Ca passe pas par la porte ». Vous pouvez rire, la question méritait d’être posée. Beaucoup de beauté que seules les photos pourront exprimer.


Place Saint Pierre


Nous traversons ensuite la ville en direction du parc de la villa Borghèse. Défilent sous nos pieds les différentes places et fontaines avec chacune leurs histoires. Lorsque l’on croit en avoir vu une magnifique, une autre encore plus impressionnante surgit au coin d’une rue. D’abord la place Cavour et ses palmiers, puis plus loin la place Di Spagna pour finir sur l’immense place Del Popolo (rebaptisée Rastapopoulos par mes soins, merci Tintin). Nous nous arrêtons ici quelques instants pour faire des photos, on s’amuse à monter sur les statues des lions qui entourent cet obélisque au milieu de la place. (Jusqu’à ce qu’on se fasse siffler par la police car c’est interdit.)


Piazza Del Popolo

 


Apres une longue route à pieds et bien d’autres arrêts photos nous arrivons enfin aux jardins de la Villa Borghèse. Après l’art de la peinture, nous admirons l’art de la sculpture qui fait tout le charme de ce parc. Rome surnommée la ville aux sept collines compte à elle seule plus de 3000 statues. Ce nombre peut vous paraître énorme jusqu’à ce que vous ayez vu la ville de long en large. Le parc de la Villa Borghèse donne le ton dès son entrée. Des statues sont disposées tout le long du parc. Certaines sont cachées, d’autres sont alignées, une autre encore se situe au milieu d’une fontaine recouverte de buisson. Comme ci la personne représentée sortait tout de nulle part. Il y’en a tellement que je les imagine se réveiller la nuit pour faire la fête. Non je ne suis pas folle, mais l’ambiance s’y prête vraiment.


Jardin de la villa Borghese

Jardin de la villa Borghese


On continu notre ballade, on fait le tour, on s’attarde un peu sur la vue qui surplombe la ville. Puis au cours d’un passage, on croise un service de location de vélos et de karts. Il n’aura pas fallu grand chose pour convaincre Aurélie de prendre un kart en duo pour une heure et d’aller se balader avec. L’ambiance est douce, légère voire drôle lorsque nous essayons de faire la course avec d’autres couples. A trop rire, nous finissons presque par nous prendre un arbre que nous effleurons de justesse en riant. C’est donc ça, la Dolce Vita. Puis nous rendons le kart plus tôt que prévu pour nous enfoncer un peu plus dans ce parc afin d’y découvrir de nouveau coins. C’est en chantant « Faire une virée à deux, dans le sud de l’Italie… » que nous repartons. Les connaisseurs reconnaîtront forcément cette chanson :).


Jardin de la villa Borghese

Jardin de la villa Borghese


Apres bien des kilomètres déjà parcourus, nous revoilà en route pour l’hôtel. Le compteur affiche déjà 19 kms et nous devons ressortir après pour manger. Autant vous dire que nos jambes ne nous remercient pas mais l’appel des pâtes et des pizzas Italiennes est plus fort que le reste. C’est après une bonne douche que nous finissons par ressortir dans le quartier de Trevi. A 5 minutes de l’hôtel d’après la carte (quand on connait le chemin) se trouve un très bon restaurant. Le Fontana Di Venere est délicieux, du moins ses Carbonara fraîches le sont ! Le serveur qui parle dans un français approximatif mais assez compréhensible est très sympa et drôle. Ne vous fiez surtout pas à ses tatouages et à sa grosse barbe, l’homme bien qu’un peu bourru au premier abord est très gentil et drôle. C’est dans un dernier effort que nous repartons nous coucher à l’hôtel.


Fontaine de Trevi


Jour 2 : Les ruines romaines, du Colisée aux termes di Caracalla

 

Après une bonne nuit réparatrice et un petit déjeuner, nous voilà de nouveau prêtes à sillonner les pavés de Rome. Direction le Colisée qui lui aussi se trouve à proximité de l’hôtel. Quelques mètres à peine passés et nous tombons déjà nez à nez avec des ruines. Sur notre chemin se trouve le Foro Di Augusto dit le forum d’Auguste d’après mon Italien très moyen (voire nul). On le scrute d’un point de vue à l’autre puis nous finissons par traverser la rue où non loin de là se situe le Colisée. Il est grand et imposant. Il nous regarde comme s’il nous attendait là fièrement.


Fort d’Augustin

Le Volisée


Il est 10h30 et le lieu est déjà bondé. Pour ceux qui ne sont jamais allés à Rome, l’astuce est prendre le ticket au Forum Romain puisqu’il est valable pour visiter ce dernier ainsi que le Mont Palatin ET le Colisée.

Dix minutes plus tard nous voilà donc dans l’entre de ce monument historique incroyable. On se met dans l’ambiance et on imagine très vite des combats de gladiateurs ! C’est à couper le souffle. Nous admirons en détail les différentes vues, l’intérieur, le premier puis le deuxième étage qui donne sur le Mont Palatin et finissons par partir (après quelques selfies, faut pas déconner ^_^) car effectivement, le lieu est bondé…


Le Colisée

Le Colisée

Le Colisée


Le soleil est au rendez-vous, ca nous change de Paris. Nous en profitons pour aller plus loin et visiter Les Thermes de Caracalla qui est l’un des plus grands et plus riches établissements thermaux de l’empire romain. Il pouvait accueillir jusqu’à 1600 personnes. Le lieu ne se limitait pas à un simple établissement de bain mais comprenait aussi des aires sportives, des bibliothèques, etc… Les ruines de Caracalla sont les mieux conservées, on peut même distinguer les différentes pièces. L’endroit est immense et sublime.


Termes Di Caracalla

Termes Di Caracalla

Termes Di Caracalla

Termes Di Caracalla


C’est sous un nuage grisonnant que nous repartons vers le Forum Romain et le Mont Palatin. Nous traversons les jardins du Forum Romain dans lesquels se succèdent encore de nombreuses statues et de nombreuses ruines. Avec un peu d’imagination on peut différencier les différentes pièces. On s’imagine la vie d’antan en passant par de petits chemins remplis de charme puis nous finissons par monter tout en haut du Mont Palatin qui fait parti de ces fameuses 7 collines que possède la ville.


Forum Romain


Nous continuons notre chemin, on prend des photos et sans même s’en rendre compte il est déjà l’heure de rentrer se préparer pour aller dîner. Nous rentrons donc tranquillement à l’hôtel pour repérer où nous allons manger. C’est à ce moment là que nous découvrons que le meilleur restaurant de Carbonara de Rome depuis 1906 dit « La Carbonanara » se situe à 5 minutes à pieds. BINGO ! Nous y allons et le lieu est déjà pas mal rempli, il y’a une heure d’attente car nous n’avons pas réservé mais tant pis, on attendra à l’hôtel vu que nous sommes à côté. C’est affamées que nous retournons sur place. L’endroit est joli, convivial, les serveurs sont sympas et surtout les Carbonaras sont… comment vous dire ? Si celles de la veille étaient déjà délicieuses, celles-ci sont divines. Mes pâtes à la sauce tomate et aux lardons valent aussi le détour. Clairement, nous validons le restaurant.



Jour 3 : Opération escargot en plein centre de Rome

 

Cette journée renommée « Opération Escargot » par Aurélie est dédiée au centre de la ville (ou presque). C’est en ayant surligné les monuments du centre ville que nous avons effectué un itinéraire en forme d’escargot vous l’aurez compris. Nous voilà donc parties en direction du Capitole. Nous croisons sur la route plusieurs vestiges du passé dont l’histoire est assez atypique pour certains. Je découvre même en parcourant mon livre que certaines des ruines sont habités par de nombreux chats.


Place du Capitole

Piazza de Minerva

Via Del Babuino


Après un repas express dans un fast food, nous nous arrêtons dans un premier temps sur la Piazza Venizia où se situe l’immense (encore !) place du Capitole ainsi que le Vittoriano Emmanuel II. Une superbe vue sur les dômes de Rome nous attend du haut de cet imposant monument. L’entrée pour la vue y est gratuite mais vous pouvez aussi profiter de certaines expositions payantes ainsi que l’ascenseur panoramique qui n’est pas une obligation à mon sens car payant (privilégiez les vues du haut de certaines collines). Après de nombreuses photos nous repartons.


Vittorio Emmanuel II

Vue depuis Vittorio Emmanuel II

Vue depuis Vittorio Emmanuel II


Nous passons d’abord par la Place du Capitole que vous avez pu voir puis nous profitons de traverser la ville pour visiter les églises que nous croisons. L’une d’entre elles se démarque : l’Eglise Chiesa Del Gesu. Peintures et sculptures au plafond s’entremêlent comme si les deux faisaient parties d’un seul et même tableau. C’est encore une fois impressionnant.



Puis nous poursuivons notre route et nous arrivons enfin sur la Place Navona où se situe la très belle Fontana dei Quattro Fiumi (Fontaine des 4 Fleuves). Cette dernière met en scène les allégories des fleuves des 4 grands continents : Le Danube (Europe), Le Gange (Asie), le Rio de la Plata (Amérique) et le Nil (Afrique). Si le Nil lui se cache, c’est pour symboliser tout le mystère qui l’entoure : ses sources étant encore inconnues à l’époque.


Piazza Navona

Fontaine des tortues


A chaque ruelle je ressens un peu plus l’ambiance qui se dégage de la ville. Les ruelles ainsi que les places aux noms romains vous laisse imaginer l’histoire de la ville éternelle. Les décorations murales de chacune des portes d’entrée vous renvoient au côté romantique tandis que les statues de part leurs grandeur vous renvoient à cette force que pouvait avoir l’empire Romain à l’époque.


 


Nous suivons notre route jusqu’au Panthéon. N’hésitez pas à y rentrer car l’intérieur est aussi beau que l’extérieur si ce n’est pas plus, la voute immense en vaut le détour. N’hésitez pas non plus à aller un peu plus loin pour prendre une très bonne glace chez le glacier de San Crispino, les prix sont un peu élevés mais Dieu ce qu’elles sont bonnes ! Et surtout, sous un soleil de plomb, ça rafraichit. Nous repartons ensuite dans l’autre sens et finissons tout droit sur la fameuse Fontaine de Trevi. Je ne ferais pas de grand discours sur cette fontaine magnifique. Les photos parleront mieux que moi. Attention, les plans sont serrés pour ne pas voir la foule, mais soyez prévenu, jamais au grand jamais vous ne serez seul(e)s à cet endroit peu importe l’heure du jour ou de la nuit !



Après le centre historique, nous partons directement vers la colline de Gianicolense admirer le panorama. Cette colline est la plus haute de la ville, c’est ici même que Chateaubriand, Stendhal et Zola venaient admirer la vue et je comprends pourquoi.


Parc Gianicolense

vue depuis la colline Gianicolense


C’est entre deux arrêts que je finis par lire que la vue du jardin des Orangers est encore plus belle pour un beau couché de soleil. C’est donc avec nos dernières forces que nous partons voir le soleil se coucher sur les toits de la ville, notamment sur la Basilique Saint Pierre. Malgré la fatigue et les douleurs qui se font ressentir dans nos jambes (nous avons dépassé les 60 kms à pieds), nous traversons le très joli quartier animé de Trastevere et dans un dernier effort nous montons en haut de la colline de l’Aventino apprécier ce moment. La vue sur la ville est imprenable, les couleurs sont douces et révèlent dans un dernier instant la beauté de la ville.


Vue depuis la Colline de l’Aventino

Vue depuis la Colline de l’Aventino


Le soleil couché, il est l’heure de rentrer et d’aller se régaler avec une bonne pizza. Malheureusement ce soir là, les bus qui nous emmènent au quartier où se trouve un des meilleurs restaurants de pizza ne passent pas suite à un évènement spécial. Nous nous contenterons d’un petit restaurant pas loin de l’hôtel avec de bonnes pizzas quand même. Ma Calzone n’a d’ailleurs pas fait long feu.


Colline de l’Aventino

Colline de l’Aventino


Jour 4 : Retour à la maison

 

Derniers préparatifs avant l’heure du départ. Nous sommes un peu tristes de quitter la ville mais on se dit que c’est pour mieux revenir. Nous profitons de la matinée pour retourner voir la Fontaine de Trevi qui se situe à côté, prendre deux trois souvenirs du genre le maillot de l’AS Rome qu’Aurélie réclame depuis 3 jours subtilement (ou pas). Puis nous quittons l’hôtel. Il est l’heure de rentrer à la maison.

Epingler cet article sur Pinterest

 

 

Article écrit par Ingrid


4 Comments

Laptitefamillebaroudeuse · 5 septembre 2017 at 10 h 53 min

Top article, superbes photos ! Je me rends compte que j’ai raté les jardins de la villa Borghese… une prochaine fois peut-être !

    Desplanssurloreiller · 5 septembre 2017 at 10 h 56 min

    Merciiii ! Y’a tellement de chose à faire en même temps. Une prochaine fois 😊

Delphine · 17 mars 2018 at 13 h 10 min

Bon, je suis en pâmoison devant les photos, j’espère un jour finir par maîtriser mon reflex pour en arriver à ce niveau ! Le récit me rappelle les kilomètres interminables à pied et les ampoules en fin de journée (avec un aller retour douloureux entre l’appart et le resto pour retrouver un appareil photo oublié sur la table). Bref, vivement dans un mois 🙂
Ah oui, au fait, je valide les glaces de San Crispino !

    Desplanssurloreiller · 17 mars 2018 at 13 h 37 min

    Ohhhhh comme c’est gentil 😘 ! Bon a dire vrai pour les photos, il est souvent en automatique donc le soleil et les paysages se suffisent souvent à eux même. Tu as quoi comme appareil ? Et quelle histoire cet oubli de l’appareil sur la table, tu as eu de la chance de le retrouver 😊 Profites bien le mois prochain en tout cas, c’est tellement chouette Rome ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.